Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
Inscription à la newsletter
Inscription à la newsletter
Laissez-nous votre email pour être informé des dernières nouveautés placedupro.com.
Ok

Piscine publique : une situation économique inquiétante

26 nov. 2020
L’ANDES a effectué un point d’étape sur la situation économique actuelle inquiétante des piscines publiques, aussi bien celles gérées en régies qu’en DSP.

Mi-octobre, l’Association Nationale des Elus en charge du Sport (ANDES) avait souhaité la mise en place d’un plan piscine afin de compenser les importantes baisses de recettes liées aux restrictions, le tout en donnant déjà des premiers chiffres inquiétants sur la période estivale. Hier, lors d’un wébinaire, elle a de nouveau mis en avant la situation complexe des établissements aquatiques avec les chiffres actualisés suite au second confinement. Au total sur les 4 000 piscines en France, on parle d’une fourchette comprise entre 300 millions à près de 1 milliard d’euros concernant les pertes de recettes ! Ainsi, le 23 novembre dernier, l’Andes a envoyé un courrier au Premier ministre concernant l’impact financier du deuxième confinement. L’objectif était de demander une compensation pour les pertes d’exploitation générées par les fermetures administratives et l’accueil limité aux publics prioritaires.
 

Situation critique aussi bien en régie qu’en délégation de service public

Stéphane Chatenet, directeur de la piscine de la Conterie à Chartres-de-Bretagne et membre de l’Association Nationale des Directeurs et Intervenants d’Installations et des Services des Sports (ANDIISS) a notamment évoqué la situation des piscines gérées en régie. Les chiffres récupérés auprès de plusieurs de ses collègues sont alarmants : des pertes économiques de l’ordre de 300 000 à 700 000 euros (avec des surcoût liés à la Covid-19 pouvant atteindre 16 000 euros par établissement), des recettes et des fréquentations en baisse de 40 à 80 % suivant les piscines…
Par ailleurs, sur les 4 000 établissements aquatiques, environ 10 % sont gérés en délégation de service public. Lors de ce wébinaire, Fabienne Delaire, présidente du Syndicat des Délégataires d'Equipements de Loisirs (SYDEL), est également revenue sur l’impact de cette crise pour les sociétés gestionnaires : le chiffre d’affaires commercial 2020 est en recul de 60 % par rapport à 2019. De plus, les délégataires estiment entre 100 000 et 600 000 euros de déficit supplémentaire par établissement (estimation moyenne de 250 000 euros).
 
Plusieurs pistes sont évoquées pour résoudre cette situation : la création d’un fond spécial gouvernemental, la mise en place d’un mécanisme de compensation (par le biais des dotations aux collectivités) pour pallier les pertes d’exploitation ou encore une campagne de communication pour revenir à la piscine lorsqu’elles seront rouvertes à l’ensemble des publics en insistant sur le fait qu’elles sont sécurisées.

Inscription à la newsletter
Laissez-nous votre email pour être informé des dernières nouveautés placedupro.com.
Ok

Exposez vos produits et services sur placedupro.com
Vous êtes un fabricant ou un distributeur ? Découvrez comment exposer vos produits sur notre site.

En savoir plus