Inscription à la newsletter
Inscription à la newsletter
Laissez-nous votre email pour être informé des dernières nouveautés placedupro.com.
Ok

Usure professionnelle : gestion et prévention

20 mars 2020
Alors que le contexte actuel amène bon nombre d’entreprises et de collectivités à travailler autrement qu’habituellement, ne serait-ce pas l’occasion de mettre en place une campagne de prévention du risque d’usure professionnelle au sein de vos services ou de votre société ? Et de se soucier de la santé de nos effectifs, vitale pour chacun et mais aussi pour la bonne santé de nos services et de notre économie ?

Les métiers de l’espace vert sont particulièrement physiques : ils sont même assimilés à la pratique de certains sports. Ainsi, les agents, en parallèle de carrières de plus en plus longues, souffrent bien souvent de troubles musculosquelettiques (TMS) et d’autres dysfonctionnements du corps. Pour une collectivité, il est alors primordial de veiller à la santé de ses agents. Cette question a ainsi été traitée lors d’une conférence à Paysalia, à travers le témoignage et les retours d’expériences de professionnels du paysage (entrepreneurs et collectivités) particulièrement sensibilisés à cette thématique.
 
 

Des conditions de travail éprouvantes

Manutention et transport de lourdes charges, gestes répétitifs entraînant des troubles musculosquelettiques (TMS), positions contraignantes pour le dos de façon prolongée, vibrations des machines (notamment thermiques), pénibilité de certaines tâches (désherbage, tonte, ramassage des déchets…), contexte climatique parfois difficile (gel, pluie, canicule)… Les conditions de travail des agents sont éprouvantes et ceux-ci ressortent bien souvent « cassés » à la fin de leur carrière. Mais cela ne cela ne doit pas être accepté comme une fatalité : de nombreuses mesures de prévention de l’usure professionnelle peuvent être mises en place par les collectivités, services RH, directeur des services techniques ou responsables de services. Détection des signaux physiques d’usure, évaluation des risques potentiels, reconversion, évolution des postes, transmission des bons gestes, adaptation des missions, mais aussi échauffements sont autant de solutions à mettre en œuvre pour préserver la santé des agents, qui œuvrent au quotidien pour offrir un cadre de vie de qualité aux habitants.
 

Protéger la santé des agents

Aux origines latines du mot « usure », se trouve la signification « se servir de ». Et dans le domaine des espaces verts, c’est le corps dont l’on se sert comme principal outil. Alors autant le préserver du mieux possible et protéger la santé des agents, en leur offrant de meilleures conditions de travail. En effet, la taille des arbustes, le désherbage, la tonte des pelouses ou bien encore l’élagage des arbres, où les risques d’accidents du travail sont très élevés, abîment le corps des femmes et des hommes qui œuvrent quotidiennement à la bonne gestion de nos espaces publics et de nature en ville. Ceux-ci sont parfois contraints à l’arrêt et forcés au repos, entraînant une perte de salaire lié aux arrêts de travail.
 
Par ailleurs, il est important de rappeler qu’éviter l’usure des actifs est aussi bénéfique pour les employeurs, qu’ils soient élus ou bien représentés par les responsables de services. Cela permet d’augmenter les taux de présence et la rentabilité, de diminuer les maladies professionnelles, les arrêts de travail et les coûts directs et indirects liés à l'absentéisme, de maintenir la productivité et, enfin, de fidéliser les agents à la collectivité dans laquelle ils travaillent. 
 

Détecter, évaluer, former, s’adapter

Dans la gestion de l’usure professionnelle, l’un des points essentiels est la prévention. De multiples chemins permettent d’y parvenir, comme l’explique Stéphane Martinache, conseiller en prévention des risques professionnels, qui suit 400 personnes dont 250 jardiniers au sein de la direction des ‘espaces verts’ de la Ville de Lyon. « Avec l’allongement de la durée de vie et, par conséquent, des carrières professionnelles, les départs à la retraite s’avèrent de plus en plus difficiles au sein des métiers liés aux espaces verts. Notre premier travail, en tant que gestionnaires de ressources humaines, est la mise en place d’outils de détection de l’usure professionnelle et d’évaluation des risques qui sont, par exemple, la comptabilisation du nombre d’accidents de travail et des arrêts maladies afin, notamment, d’agir à la source du problème en limitant les causes d’accidents. Nous devons aussi repérer les ‘signaux faibles’ que sont les difficultés quotidiennes des agents, notamment grâce à un management ascendant et descendant qui favorise les rencontres avec les agents de maîtrise, permettant de récolter les retours terrains de façon régulière. En parallèle de l’étude de l’historique professionnel d’un actif, cela permet alors d’envisager une éventuelle réorientation de sa carrière à moyen ou long terme, lors de détection de prémices de maladies professionnelles. Enfin, notre devoir est de communiquer autour des bons gestes, par la réalisation d’outils opérationnels comme des fiches réflexes. La formation est également un ingrédient clé, à l’instar de celle dont nos agents ont bénéficié sur la thématique ‘Gestes et postures’ ».
 
Celui-ci ajoute : « il faut aussi rappeler les bonnes pratiques concernant les EPI (Équipement de Protection Individuelle) qui ne sont souvent pas ou mal portés, entravant alors le travail des agents. Le choix d’équipements de qualité par la collectivité permet ainsi d’offrir des conditions sécuritaires de travail, favorables à une plus grande productivité. L’électrification du parc matériel (tronçonneuses, élagueuses, taille-haies, débroussailleuses...est aussi une des pistes d’actions à étudier, avec des engins plus légers, de plus en plus puissants et avec une belle autonomie. Aussi, parfois, nous n’hésitons pas à adapter nos fréquences ou exigences de gestion sur des secteurs peu fréquentés afin d’alléger la charge de travail à un instant t. C’est le cas par exemple avec le soufflage des feuilles qui représente un volume horaire important : s’il reste quelques feuilles par terre, cela n’est pas bien grave ! ».
 
Le message est donc passé : n’hésitez pas à investir dans des équipements de qualité et du matériel à batterie, certes un peu plus coûteux, mais qui amélioreront la sécurité du travail de vos agents et limiteront l’impact sur leur santé.
 

Anticiper la reconversion, faire évoluer les postes

Alors que le secteur des espaces verts se porte plutôt bien, grâce à la bonne presse dont ils bénéficient pour leur rôle d’adaptation au changement climatique et à l’engouement du public pour la nature en ville et le jardin, le milieu peine à recruter… Le métier pâtit en effet d’une image négative auprès des jeunes, notamment à cause de sa pénibilité. Il est alors essentiel pour les employeurs de montrer qu’ils pensent au bien-être des employés, afin de les attirer, de les recruter, puis de les garder. Pour cela, lors des entretiens d’embauche, il est bien de spécifier aux candidats que leur poste peut évoluer en cas de signes d’usure professionnelle. C’est d’ailleurs ainsi que procède la Ville de Lyon qui anticipe désormais les « éventuelles reconversions en interne en demandant, dès l’embauche, des compétences dites ‘communes’(bases de la bureautique, maîtrise de la communication orale et écrite, mathématiques de base…), déjà acquises ou à acquérir. Avec un panel de métiers représentés au sein des collectivités locales et territoriales, les opportunités de reconversion sont, en effet, nombreuses. Avant de penser à changer de poste, celui-ci peut également être adapté, en évitant à l’agent de porter des charges lourdes, en investissant dans du matériel plus léger… » précise Stéphane Martinache.
Ainsi, dès le début, il est bon de réfléchir à une potentielle évolution de poste selon le profil de la personne embauchée, quitte à créer, à moyen ou long terme, un nouvel intitulé de poste pour un actif aux compétences multiples et transversales.
 

S’échauffer pour prévenir le mal de dos

« 20% des accidents du travail dans les jardins et espaces verts concernent le dos ...
... et sont responsables de 39 jours d'arrêt en moyenne ». Voilà qui en dit long sur la nécessité de préserver son dos lors du travail quotidien dans les espaces verts... En partenariat avec le centre de rééducation des Massues, la MSA (Mutualité Sociale Agricole) Ain-Rhône a créé un programme de préparation physique destiné aux professionnels du secteur. A travers un kit « sac-à-dos », divers supports permettent de faire entrer dans les mœurs une série d’échauffements. Car, à l’instar d’un sportif, le jardinier doit s’échauffer. « Les échauffements le matin ou avant l'effort mettent en route le cœur, les muscles, les tendons. Les étirements ‘au besoin’ pendant la journée soulagent et font diminuer les tensions musculaires.Les étirements à faire chez soi le soir, ou après l'effort, permettent de gagner en souplesse. Tout cela permet finalement de prévenir la survenue de blessures » milite ainsi la MSA Ain-Rhône.
 
Intégrer ces gestes dans le quotidien des agents n’est pas chose facile : certains pensent perdre leur crédibilité en réalisant ces exercices dehors, en public devant les passants. Pour ancrer l’habitude dans le quotidien des agents, des cessions d’échauffement collectives peuvent alors être réalisées au sein du centre technique ou dans les locaux techniques. Stéphane Martinache est ainsi persuadé de l’intérêt de ces échauffements qui commencent à être mis en place au sein du service espaces verts. « Dans dix ans, ces échauffements et étirements seront devenus systématiques, à l’image de gestes du quotidien. Lorsque l’on regardera en arrière, on se demandera pourquoi on ne l’a pas fait plus tôt… ! ».
 

Découvrez les articles sur le même thème :

Équipements de protection individuelle d’élagage
Inscription à la newsletter
Laissez-nous votre email pour être informé des dernières nouveautés placedupro.com.
Ok

Exposez vos produits et services sur placedupro.com
Vous êtes un fabricant ou un distributeur ? Découvrez comment exposer vos produits sur notre site.

En savoir plus