1ère plateforme dédiée aux professionnels de la ville, du sport et du paysage

Piscine publique : manque de personnel et hausses d’énergie

26 juillet 2022
Une enquête s’est intéressée à deux problématiques majeures des gestionnaires de piscines : le manque de personnel de surveillance et la hausse des énergies.
Les associations et organisations (Asporta, Andes, Andiiss, Union Sport & Cycle, le Sydel, Cosmos…) à l’origine du premier questionnaire concernant les besoins en matière de surveillance dans les piscines ont souhaité approfondir cette problématique tout en profitant de cette nouvelle enquête pour mesurer l'impact de la hausse actuelle du coût de l'énergie sur le fonctionnement des structures aquatiques.
Les retours ont permis une analyse de la situation actuelle sur l’ensemble du territoire (métropolitaine et outremer). Parmi les répondants, 84,9 % sont des régies, 3,3 % des délégataires et 11,8 % d’autres structures privées.
 

Statut des MNS

Les répondants indiquent que 51 % de leurs employés permanents sont stagiaires ou titulaires de la fonction publique territoriale, 28 % contractuels ou en CDD et 21 % en CDI. Du côté des employeurs privés (hors DSP), 78 % sont contractuels ou en CDD, 11 % en CDI et 11 % apprentis. En régie, 73 % précisent que les maîtres-nageurs sauveteurs (MNS) de leur établissement ont l’autorisation de cumul d’emploi contre 44 % pour les structures privées (hors DSP). Parmi les autres chiffres à retenir : 44 % des MNS donnent des cours particuliers de natation en dehors de leurs heures de service.
 

Les difficultés de recrutement et les pistes pour changer cette situation

Parmi les piscines faisant face à des difficultés de recrutement de personnel de surveillance, 31 % évoquent le salaire comme cause principale, devant les horaires décalés (28 %) et la concurrence d’autres établissements (21 %). Plus de la moitié (55 %) des répondants admettent attendre plus de 6 mois pour recruter un MNS.
Pour essayer d’améliorer cette situation, plusieurs propositions ont été soumises. Par exemple :
- harmoniser les salaires entre les différents équipements du territoire ;
- demander une dérogation simplifiée pour autoriser les BNSSA à surveiller les baignades d'accès payants en autonomie ce qui permettra aux MNS de se recentrer sur les missions d’enseignement en semaine ;
- inciter et accompagner les BNSSA pour les aider à obtenir le titre de MNS
- impliquer les collectivités dans le financement des formations BNSSA/BPJEPS AAN en échange d’une prise de poste obligatoire provisoire sur un emploi (au moins saisonnier).
 

L’impact des hausses d’énergie

Sans surprise, l’énergie la plus largement utilisée dans les piscines est le gaz (72,5 %), devant l’électricité (25,5 %), le bois (19 %) et le chauffage urbain (17,5 %). Parmi les énergies renouvelables utilisées, 43 % mentionnent la chaudière biomasse, 37 % les pompes à chaleur et 18 % les panneaux photovoltaïques. 
De manière générale, beaucoup précisent être en réflexion concernant les mesures à prendre. Parmi les pistes évoquées : la fermeture partielle, la diminution de la température de l’eau (pour 50 % des répondants), de l’air (43 %), une répercussion sur les tarifs (20% et 37 % ne savent pas encore) ou encore une fermeture durant plusieurs mois l’hiver prochain.
 
Retrouvez l’article complet dans notre magazine de septembre-octobre.

Référencez vos produits

Vous êtes un fabricant ou un fournisseur ?
Découvrez comment exposer vos produits sur notre site

En savoir plus

Inscription newsletter

Inscription à la newsletter
Laissez-nous votre email pour être informé des dernières nouveautés placedupro.com.
Ok

Offres d'emploi

Vous êtes à la recherche de nouvelles opportunités ? À moins que vous ne soyez un employeur en quête du candidat idéal ?

Notre rubrique offres d'emplois vous permet de découvrir les derniers postes du secteur et de publier vos propres annonces

En savoir plus