Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
Contactez-nous
Affinez la recherche
Type :

Matériaux :
Vous n'avez pas trouvé le produit que vous cherchiez ?
Proposez-nous un fournisseur !
Pub pellenc Octobre 2018

Abris,Abris-vélo, Appui-vélo (5 produits)

Les politiques urbaines favorisent les modes de déplacements alternatifs. Ainsi, grâce à la mise en place d’infrastructures routières renforçant la circulation des deux-roues, le nombre de cyclistes sur la voie publique est en constante évolution. D’où la nécessité de multiplier la présence des appuis-vélos. La résistance aux chocs étant un aspect primordial, l’acier compose la majorité de ces équipements, avec parfois des motifs laser représentant schématiquement un cycliste.

Protégeant les deux roues des intempéries et des vols, l’abri vélo est de plus en plus présent dans les espaces urbains, avec des structures simples, modulaires, transparentes, sans possibilités d’insertions publicitaires latérales. Des parois en tubes d’acier, des tôles perforées ou des panneaux bois habillent certains abris. 

Mise en oeuvre : Combien d’appuis-vélos ? Tout dépend de la fréquentation des sites, des habitudes des citadins, des doléances exprimées, du temps moyen de stationnement (10, 30, 60 minutes ?)... Il faut simplement savoir qu’un appui-vélo est le support d’un seul vélo, voire deux selon les modèles. Si les cyclistes se rabattent, faute de mieux, sur les barrières, les potelets ou les panneaux signalétiques, alors il est grand temps de se poser les bonnes questions, et surtout, d’analyser le trafic. Prenons l’exemple d’une voie cyclable, menant à un centre d’intérêt le long de son tracé (médiathèque, musée, piscine...). Logiquement, la collectivité doit proposer des zones de stationnement pour que les cyclistes puissent garer leurs deux-roues non loin du bâtiment. Après une analyse fine du trafic, il est constaté que la voie cyclable est empruntée par 100 cyclistes/jour, dont la moitié a marqué un arrêt à un moment donné pour se rendre au site d’intérêt. A partir de là, deux autres paramètres sont à connaître : le temps de stationnement moyen des individus et les pics d’affluence, dépendants des horaires d’ouverture du bâtiment et des habitudes de chacun. Une question peut alors se poser : ont-ils tous stationné en même temps, ce qui représente 50 vélos à l’arrêt, ou par groupes de 5, 10, 25... ? Si les cyclistes ont marqué un temps d’arrêt moyen par groupes de 10, pendant quelques heures et sans encombrement visible, alors il faudra prévoir 10 appuis-vélos.

Pour ranger un vélo et ainsi éviter un stationnement anarchique, il convient de distancer chaque support à vélo (arceau, dalle fendue, supports divers…) de 40 cm minimum, indépendamment de leur disposition (sur deux niveaux, alterné, linéaire, en biais…). En pratique, les supports sont scellés directement dans le revêtement existant ou fixés sur platines. Pour les agencements en biais (appuis-vélos disposés de manière ‘oblique’), un angle d’orientation des supports de 20 à 70° est préconisé pour accroître la capacité de stationnement. De plus, dans les lieux restreints, comme de nombreux trottoirs, il est souhaitable que l’équipement choisi n’occupe pas un trop grand espace quand il est inutilisé. Généralement, la prégnance d’un vélo est de 0,80 met nécessite une zone de dégagement arrière d’environ 1,8 m. Lors de l’aménagement d’une zone de stationnement, les gestionnaires des collectivités doivent donc porter une attention particulière aux dispositions des supports à vélo.

Inscription à la newsletter
Laissez-nous votre email pour être informé des dernières nouveautés placedupro.com.
Ok

Exposez vos produits et services sur Place du Pro
Vous êtes un fabricant ou un distributeur ? Découvrez comment exposer vos produits sur notre site.

En savoir plus