Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
Contactez-nous
AccueilActualitésVégétaliser les îlots routiers

Végétaliser les îlots routiers

11 avril 2019

Végétaliser les îlots routiers

Avec la loi Labbé, les interventions pour désherber manuellement ou mécaniquement les terre-pleins centraux, îlots directionnels, chicanes de contournement… ont été multipliées, alors même qu’elles sont chronophages en temps et surtout peu sécurisantes, avec des risques liés au passage des véhicules. La végétalisation de ces micro-surfaces est alors un bon moyen pour intervenir moins régulièrement, tout en présentant des avantages esthétiques, avec plus de surfaces vertes qui répondent, qui plus est, aux besoins sociaux actuels des habitants pour plus de nature en ville. Les avantages environnementaux sont également un argument de poids en faveur de cette végétalisation : désimperméabilisation des surfaces pour l’infiltration des eaux de pluie, limitation de l’effet d’îlot de chaleur, captation des pollutions atmosphériques, création d’habitats supplémentaires pour la faune… De multiples solutions de végétalisation s’offrent alors à vous, entre engazonnement, tapis de sédums, mélanges de vivaces, tapis de couvre-sols… tous adaptés aux conditions difficiles en bord de voirie et au manque d’eau.
 

Un milieu contraignant

Les abords de voiries sont soumis à de nombreux désagréments : sel de déneigement, pollution, pressions liées à la circulation, dommages engendrés par le stationnement, températures élevées, environnement très minéral, sol compacté, lieux difficilement accessibles pour l’entretien… A noter également que les terre-pleins, autrefois largement imperméabilisés, n’ont pas été équipés de système d’arrosage et, avec une ressource en eau précieuse, ces surfaces ne sont bien souvent pas arrosées. Ainsi, il faut installer des espèces végétales qui soient particulièrement rustiques et résistantes à ces conditions extrêmes (sécheresse, chaleur) et qui ne demandent pas trop d’entretien pour limiter le temps d’intervention des agents sur ces petits espaces dispersés le long des boulevards, dans le cœur de ville comme en périphérie. Il faut également privilégier des végétaux bas pour assurer une bonne visibilité aux automobilistes.


Enherber pour ne plus désherber !

Pour ne plus avoir à désherber, une des solutions est tout simplement d’engazonner ! Pour que cet engazonnement reste un avantage, le choix des composants et d’un mélange doit donc aller vers des espèces résistantes au manque d’eau et adaptées à un sol pauvre, peu profond, séchant et parfois circulé. Ainsi des mélanges contiennent des graminées associées à de la micro-luzerne gazonnante (légumineuse qui restitue l’azote de l’air dans le sol, nourrissant ainsi les graminées en azote, et très résistante à la chaleur et au sec) et de la fétuque élevée, qui reste verte plus longtemps que la plupart des autres espèces de graminées. Si le sol est peu profond, il faut s’orienter vers un mélange à base de fétuques fines, comme la fétuque ovine qui supporte un sol pauvre et un manque d’eau et est peu poussante. Elle peut être associée à Koeleria macrantha, espèce peu connue inscrite au catalogue français des espèces à gazon depuis 2011. Si son installation particulièrement longue fait qu’elle est souvent utilisée en gazon de placage, ses intérêts agronomiques sont multiples : faible production de matière sèche, excellent comportement en sols pauvres, très bonne résistance à la sècheresse (plante xérophile), coûts d’entretien très modérés et très bonne tolérance à la salinité. 


Des sédums, rustiques et couvre-sols

De plus en plus, les sédums sont utilisés pour végétaliser les micro-surfaces d’accompagnement de voirie, ceux-ci étant désormais à disposition sous formes de tapis précultivés prêts à poser. Ces plantes grasses présentent en effet de nombreux intérêts : elles sont résistantes à la sécheresse, avec un faible besoin en eau, la pluviométrie mensuelle étant alors souvent suffisante, et apprécient particulièrement les sols drainants. Leur port tapissant, type couvre-sol, limite significativement le désherbage, avec 2 passages de contrôle par an seulement à prévoir. Pour les petites surfaces, les sédums sont également proposés en conditionnement de carrés prêts à planter. Autre argument de poids : les sédums ne nécessitent que peu d’entretien, une taille ou une redensification étant parfois nécessaires. Ils apportent également une plus-value esthétique dans la tendance actuelle de fleurissement urbain, sobre et d’aspect naturel, avec des couleurs de feuillages et de floraisons variant au fil des saisons, allant du vert au rouge, en passant par le jaune ou encore le blanc. Souvent de petite taille (hauteur généralement comprise entre 5 et 15 cm), les sédums ne gênent en aucun cas la visibilité des automobilistes. Les sédums sont également disponibles en micro-mottes et boutures pour pouvoir, le cas échéant, compléter un tapis qui se serait dédensifié. 


Vivaces couvre-sols pour terre-pleins colorés

Les vivaces couvre-sols sont également un bon moyen de végétalisation, en apportant de la couleur grâce aux floraisons, mais aussi des effets graphiques intéressants par les feuillages. Souvent plus volubiles que les sédums, les plantes vivaces couvre-sols sont tout de même assez basses, ne gênant alors pas la visibilité des automobilistes, tout en offrant une belle présence végétale. Là aussi, des entreprises proposent des mélanges et tapis prévégétalisés de vivaces couvre-sols, mono ou plurispécifiques, déjà composés ou conçus sur demande. Ils sont cultivés, au moins durant deux mois, sur un substrat de terreau à base d’écorces, retenu entre 2 toiles d’amidon de maïs 100% biodégradables. Enfin, vous trouverez également des tapis mixtes de sédums et de vivaces, pour enrichir la diversité végétale et favoriser la biodiversité. 
Ainsi, plusieurs solutions existent pour la végétalisation des îlots routiers ou terre-pleins centraux qui participent alors, à leur échelle, à rendre la ville plus verte, fraîche, respirable et adaptée au changement climatique, tout cela en diminuant le temps d’entretien par rapport à un désherbage chronophage, fastidieux et dangereux !
 

Inscription à la newsletter
Laissez-nous votre email pour être informé des dernières nouveautés placedupro.com.
Ok

Exposez vos produits et services sur Place du Pro
Vous êtes un fabricant ou un distributeur ? Découvrez comment exposer vos produits sur notre site.

En savoir plus